Clichés, images, photos, de tout, de rien

Archives d’Auteur

Les Gorges de l’Ardèche, splendeur naturelle

_DSC8814_1

© Janet MOLINS

Depuis la route des Belvédères, dans les gorges de l’Ardèche. Une photo assez graphique, avec plusieurs règles de composition utilisées. Saurez-vous les retrouver ?

Quoi qu’il en soit, un bien joli moment de calme dans ce paysage grandiose.

Publicités

Le Pont d’Arc entre ombre et lumière

_DSC8791_1

© Janet MOLINS

C’est l’emblème des gorges de l’Ardèche. Une étrangeté géologique haute de 54 mètres, et que des dizaines de milliers de touristes viennent admirer chaque année. En canoë, à pied, voire par la route qui surplombe la rivière. Ce jour-là, la lumière était difficile. Ciel voilé, soleil de face, mal placé de surcroît à cette heure-ci. Alors que faire ? Attendre ? Et passer à côté d’un éventuel coucher de soleil depuis les belvédères quelques kilomètres plus haut ? Tant pis. Faire avec les conditions du moment, point. Bel exercice d’adaptation. Résultat : beaucoup de tergiversations autour du sujet, quelques pas de côté, encore un peu de réflexion… Et tout d’un coup, la lumière qui se jette sur le haut de cet arbre. Rendant mon premier plan un tant soit peu vibrant. J’expose au plus juste, je peaufine mon cadrage… La scène, malgré tous les efforts de mon appareil, offre beaucoup trop de contraste et le relief ne permet pas le recours au filtre dégradé. La post-production prendra ici tout son sens pour venir redonner à l’image du détail dans les  ombres et un peu plus de punch qu’avait réduit cette lumière frontale. Et voilà !


Incandescent et tumultueux

_DSC7880_1

© Janet MOLINS

Même coucher de soleil que la photo publiée il y a un mois. Prise quelques minutes plus tard. Le ciel était tellement grandiose ce soir-là qu’un zoom sur les montagnes était bien incapable d’en restituer toute l’étendue. Alors hop, ultra-grand-angle vissé, histoire aussi d’inclure un premier plan, ce fameux pin en bordure de vigne que j’ai déjà immortalisé à plusieurs reprises (ici notamment). Incandescent, tumultueux, chaotique, un ciel d’exception au-dessus du Roussillon.


Ciel de feu au-dessus du Canigou

_DSC7873_1

© Janet MOLINS

Pour poursuivre ma série de couchers de soleil au-dessus du Canigou, un ciel d’exception. Comme souvent les jours de grand vent, les nuages ont été façonnés, vrillés, comme jetés les uns contre les autres dans un chaos indescriptible. Mais ce soir-là, leur écrasant gigantisme et l’étrangeté de leurs formes n’avaient d’égal que leur flamboyance insensée, au moment où le soleil parvenait enfin à les éclairer d’en dessous. La montagne et son sommet glacé, déjà plongés dans la pénombre, semblaient cracher du feu. Unique.


Les cabanes des derniers pêcheurs

_DSC6627_1

© Janet MOLINS

On dit de ces cabanes de pêcheurs que leur mode de construction remonterait au Néolithique. Entre mer et étang, là où la plaine du Roussillon s’échoue dans la Méditerranée, certaines furent habitées jusqu’au milieu du XXe siècle. A l’image de leurs fidèles compagnes, simples barques aux couleurs passées, elles sont le symbole d’un littoral d’avant la ruée vers l’or touristique, quand les activités humaines s’y limitaient à la pêche et au commerce. Aujourd’hui, certaines sont encore la propriété des derniers pêcheurs de l’étang de Canet – Saint-Nazaire.


Quiétude au bord de l’étang

_DSC9294_1

© Janet MOLINS

Une photo vieille de trois ans et qui prenait pour ainsi dire la poussière sur mon disque dur. Je ne sais pas vous, mais moi elle me donne un sentiment de quiétude. Il y a des diagonales, un horizon, une sorte de losange central (le voyez-vous ?), une géométrie dans l’image qui guide l’oeil instantanément et pose un cadre presque rassurant. L’image est remplie, on s’y immerge sans vouloir en sortir. Et l’atmosphère crépusculaire sur cet étang immaculé renforce encore l’ambiance silencieuse et presque figée de la composition. Comme si le temps restait suspendu, l’espace de quelques instants.


La vallée de l’Agly, les Pyrénées

_DSC2129_1

© Janet MOLINS

Fin de journée sans soleil sur la vallée de l’Agly. Le vignoble est déjà plongé dans une semi-obscurité alors qu’au loin, les crêtes pyrénéennes connaissent encore une douce lumière filtrée par les nuages. Scène hivernale entre Aude et Pyrénées-Orientales.


La couleur de l’hiver

 

_DSC8324_1

© Janet MOLINS

Avec le froid polaire qui balaie la France encore aujourd’hui, une dernière photo de balade dans la neige s’imposait. Où l’on se rend compte que toute trace de vert a bien disparu en cette saison, ensevelie sous une neige totalement vierge au moment où je capturais cette image. Avec le brouillard, on pourrait croire à une image en noir et blanc, c’était pourtant en couleur. Celle de l’hiver.


Sur les crêtes glacées

_DSC8315_1

© Janet MOLINS

Au bord de la falaise, la neige s’accumule par couches, repoussée par le vent. En s’approchant très près et avec un peu d’imagination, on croirait voir des sommets alpins tout blancs, des crêtes inaccessibles d’Alaska, l’approche du cercle polaire en Norvège… Les arbustes à quelques mètres rétablissent l’échelle : nous sommes bien en Drôme, par une semaine d’hiver plus froide qu’à l’accoutumée.


Une éclaircie dans le brouillard

_DSC8318_1

© Janet MOLINS

De la neige à perte de vue. Près de 30 cm sur un Serre-Gros désert. Dans un épais brouillard, je fais la trace en me disant que je n’aurai qu’à suivre mes pas pour le retour. En bord de falaise, le mistral s’est renforcé. L’éclaircie va durer quelques secondes. Une lumière diaphane s’empare des environs, offrant à ce glaçage immaculé l’occasion éphémère de briller.