Clichés, images, photos, de tout, de rien

Archives d’Auteur

Perpignan, demeure de rois

_DSC2191_01

Peu de gens le savent, mais Perpignan fut capitale d’un royaume. Celui, éphémère, de Majorque, entre 1276 et 1344. Les souverains passaient 70 % de leur temps en Roussillon, estiment les historiens. S’ils bénéficiaient à Palma d’une forteresse maure qu’ils remirent au goût du jour, l’Almudaina ; à Perpignan, ils firent bâtir un palais ex nihilo, sur le « puig del Rei ». Ainsi sortait de terre entre 1276 et 1309 le palais des Rois de Majorque, qui domine encore la ville aujourd’hui. Au fil des siècles, il s’est mué en véritable citadelle, fortifié successivement par Louis XI, Charles Quint, Philippe II d’Espagne puis Vauban. Un superbe exemple d’architecture militaire pluriséculaire.


Panorama matinal du Vieux-Port de Marseille

Stitched Panorama

© Janet MOLINS

C’est assurément ici, depuis la tour du Roi René, au fort Saint-Jean, que l’on peut observer la vue la plus complète sur l’essence même de Marseille, son fameux Vieux-Port. Ici plus qu’ailleurs, le visiteur peut humer cette atmosphère si typique de Méditerranée, mer par laquelle arrivèrent les fondateurs grecs de la ville voilà 3 000 ans. Ici, enfin, que l’on prend conscience de la figure bienveillante de la « Bonne mère », juchée à 149 mètres d’altitude au sommet de la colline Notre-Dame-de-la-Garde.


Marseille, la rue

_DSC4936_01

© Janet MOLINS

Scène de rue dans le quartier du panier, à Marseille. Si le pêcheur figuré ici symbolisait la ville, il serait tentaculaire, enveloppant, à la fois grand frère protecteur et tortionnaire potentiel. Marseille, ville de toutes les extravagances, de tous les contraires aussi. Bigarrée, protéiforme, exubérante, elle ne laisse personne indifférent. Et ses enfants doivent parfois apprendre à jouer du poing pour s’en défendre.


Dans les recoins du Mucem (Marseille)

_DSC4930_01

© Janet MOLINS

Marseille, son Vieux-Port, sa Canebière, la Bonne Mère, « l’Ohème »… et depuis 2013, son Mucem ! Oeuvre des architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta, son bâtiment résolument moderne pourrait surprendre, planté les pieds dans l’eau face au vénérable fort Saint-Jean. Pourtant la construction à elle seule vaut le détour. Et ses longues passerelles offrent de géométriques perspectives, où la lumière vive du soleil méditerranéen investit jusqu’aux couloirs les plus étroits, jouant avec les surfaces réfléchissantes soigneusement choisies par ses concepteurs. Plus de 3 000 ans après sa fondation, l’antique citée phocéenne poursuit son évolution.


Un automne à Saoû (26)

_DSC1920

© Janet MOLINS

Une vieille photo, que j’avais omis de publier. Une fois de plus, l’après coucher du soleil offrait une atmosphère magique au-dessus de Saoû, le ciel se parant de couleurs comme brossées par un peintre céleste. L’atmosphère automnale, un peu de brume et de fumée s’échappant des toits du village complétaient un tableau horizontal renforçant la sensation de calme qu’offrait le moment.


Depuis le puig Sant-Cristau (66)

_DSC4118_01

© Janet MOLINS

Du haut de ses 1015 mètres d’altitude, le puig Sant Cristau (pic Saint-Christophe) domine le Roussillon, à l’extrémité ouest du massif des Albères. « Som i serem », (« nous sommes et demeurerons »), revendication catalaniste, orne la croix qui fait fièrement face au massif du Canigou. Rappelant que l’histoire s’est écrite aussi sur ces hauteurs, quand l’Espagne, en 1794, tentait en vain de récupérer un Roussillon passé à la France depuis 135 ans. C’est depuis ce sommet que l’armée française menée par les généraux Augereau et Dugommier entama la décisive bataille du Boulou. Aujourd’hui, on peut y admirer un panorama à 360°, embrassant les Pyrénées, les Corbières, la plaine du Roussillon, la Méditerranée et derrière la frontière, l’Alt Empordà.


Voilà l’été !

_DSC3501_01

© Janet MOLINS

Il est plus que temps de remettre ce blog à jour, d’autant que quelques photos se bousculent dans mes dossiers, prêtes à être publiées. Alors comme la canicule de ces derniers jours nous rappelle que l’été est bien là, autant vous donner envie de vacances. De rafraîchissement. Et de partir à la découverte du trop méconnu sentier du littoral des Pyrénées-Orientales, qui de Cerbère à Collioure, offre de magnifiques criques aux eaux claires, magnifiées par une luminosité unique. Alors, on y va ?

 


Sa majesté le Canigou

_dsc5186

© Janet MOLINS

Autant l’avouer, l’appareil photo a un peu pris la poussière ces derniers mois. Question de priorités. Mais à chaque fois que je me retrouve dans le Roussillon, une envie irrépressible me prend : immortaliser les mille et un visages de ce mont Canigou qui n’a pas fini de me fasciner. Et c’est l’hiver, recouvert de son manteau blanc, que sa majesté prend tout son sens.

Ciel !

 

Coucher de soleil étang de Canet Canigou Esparrou

Des fois, pas besoin de marcher des kilomètres pour obtenir une bonne photo. Quelques pas sur un chemin bordé de vignes, un point de vue légèrement en surplomb et nous y sommes. Le trépied solidement fixé, l’appareil réglé aux petits oignons, un filtre dégradé. Clic. La nature a fait le reste, me réservant un de ces ciels flamboyants au-dessus des montagnes dont les Pyrénées-Orientales gardent jalousement le secret. La Grande Bleue à quelques centaines de mètres, l’étang paisible en contrebas, le majestueux Canigou devant et les vignes au premier plan. Est-il besoin d’en dire plus ?

© Janet MOLINS

 


Walk Alone

Il est temps de dépoussiérer ce blog après des mois d'inaction. Ma vie a pas mal changé ces derniers mois, et la photo avait été un peu mise de côté. Mais la passion est intacte et je vais essayer de reposter régulièrement ici des photos de mes escapades. On commence par une image prise hier, sur les hauteurs de Rochemaure (Ardèche), autour du pic du Chenavari (484 m). Après la pluie, les nuages se sont déchirés, laissant apparaître de magnifiques contrastes sur une végatation en train de basculer vers les couleurs de l'automne. © Janet Molins

Il est temps de dépoussiérer ce blog après des mois d’inaction. Ma vie a pas mal changé en 2016, et la photo avait été un peu mise de côté. Mais la passion est intacte et je vais essayer de reposter régulièrement ici des images de mes escapades. On commence par une capture d’hier, sur les hauteurs de Rochemaure (Ardèche), autour du pic du Chenavari (484 m). Après la pluie, les nuages se sont déchirés, laissant apparaître de magnifiques contrastes sur une végatation en train de basculer vers les couleurs de l’automne.
© Janet Molins