Clichés, images, photos, de tout, de rien

Architecture

Les maisons de l’Onyar en fin de jour

_DSC5457_1

© Janet MOLINS

Toujours Gérone, mais en fin de journée, lorsque le soleil se fait incandescent et darde ses rayons sur les façades colorées de la vieille ville. L’Onyar, qui coule au pied des immeubles, duplique la scène d’une des vues les plus célèbres de la ville.

Publicités

Girona, la colorée

_DSC5416_1

© Janet MOLINS

Parmi les villes dignes d’intérêt en Catalogne, Girona (Gerona en Espagnol), figure en très bonne place. Ses immeubles colorés, ses ruelles tortueuses et ses plus de 2000 ans d’histoire font d’elle un musée à ciel ouvert dans lequel il est bon de flâner. Les réalisateurs de la série Game of Thrones ne s’y sont pas trompés, la cité ayant servi de décor aux escapades d’Aria Stark dans la saison 6.


Rêverie dans la pénombre du parc

_DSC5226_1

© Janet MOLINS

J’ai un rapport tout particulier avec le château l’Esparrou. J’ai la chance de m’y rendre régulièrement, ce qui me laisse le loisir d’y prendre quelques photos, lorsque l’ambiance s’y prête, bien entendu. Ce soir-là, alors que le soleil avait disparu depuis plusieurs minutes, un halo rosé envahissait le parc, plongeant les lieux dans une pénombre incitant à la rêverie.

 

 


Perpignan, demeure de rois

_DSC2191_01

Peu de gens le savent, mais Perpignan fut capitale d’un royaume. Celui, éphémère, de Majorque, entre 1276 et 1344. Les souverains passaient 70 % de leur temps en Roussillon, estiment les historiens. S’ils bénéficiaient à Palma d’une forteresse maure qu’ils remirent au goût du jour, l’Almudaina ; à Perpignan, ils firent bâtir un palais ex nihilo, sur le « puig del Rei ». Ainsi sortait de terre entre 1276 et 1309 le palais des Rois de Majorque, qui domine encore la ville aujourd’hui. Au fil des siècles, il s’est mué en véritable citadelle, fortifié successivement par Louis XI, Charles Quint, Philippe II d’Espagne puis Vauban. Un superbe exemple d’architecture militaire pluriséculaire.


Dans les recoins du Mucem (Marseille)

_DSC4930_01

© Janet MOLINS

Marseille, son Vieux-Port, sa Canebière, la Bonne Mère, « l’Ohème »… et depuis 2013, son Mucem ! Oeuvre des architectes Rudy Ricciotti et Roland Carta, son bâtiment résolument moderne pourrait surprendre, planté les pieds dans l’eau face au vénérable fort Saint-Jean. Pourtant la construction à elle seule vaut le détour. Et ses longues passerelles offrent de géométriques perspectives, où la lumière vive du soleil méditerranéen investit jusqu’aux couloirs les plus étroits, jouant avec les surfaces réfléchissantes soigneusement choisies par ses concepteurs. Plus de 3 000 ans après sa fondation, l’antique citée phocéenne poursuit son évolution.


Une galerie photo pour la promotion des Pyrénées-Orientales (66)

J’ai récemment honoré une commande de photos destinée à faire la promotion de mon cher département d’origine, en vue du tournage éventuel d’une série télévisée. Je ne serai pas plus précis pour des raisons de confidentialité. Mais cet exercice m’a permis de remettre le nez sur quelques-unes de mes photos préférées des Pyrénées-Orientales. Au cas où vous ne les connaîtriez pas encore, voici une galerie qui vous fera naviguer entre mer et montagne, à la découverte du patrimoine naturel et historique d’un coin de France unique en son genre.
© Janet MOLINS


Le Roussillon à la Belle Epoque : le château l’Esparrou

Château l'Esparrou Vignobles Bonfils crépuscule

C’est l’une des oeuvres de l’architecte danois Viggo Dorph-Petersen dans les Pyrénées-Orientales. Construit à la toute fin du XIXe siècle, le château de l’Esparrou témoigne de la puissance économique et financière de ces grandes familles qui firent la renommée du vignoble roussillonnais à la Belle Epoque. Il est classé monument historique depuis 2011. Ici, les Sauvy (*) firent prospérer l’un des plus beaux domaines de la région, qui resta dans le giron familial jusqu’en 2012, date de son rachat par les Languedociens des Vignobles Bonfils. Leurs vins sont régulièrement médaillés dans les plus prestigieux guides et l’on ne saurait passer à proximité sans aller y déguster notamment leurs excellents rivesaltes et muscat-de-rivesaltes, douces spécialités de la Catalogne nord.

© Janet MOLINS

(*) Cette même famille Sauvy a notamment donné à la France l’un de ses meilleurs économistes, également démographe et sociologue, Alfred Sauvy (1898-1990) à qui l’on doit – entre autres – l’expression « Tiers-Monde ».


Collioure, matin calme (66)

Panorama Collioure avant le lever du soleil

L’avantage de se rendre à Collioure avant le lever du soleil, c’est que même en plein été, l’ensemble de la baie vous appartient. Bon, un peu aussi à ceux qui se lèvent tôt pour nettoyer les plages, préparer du bon pain où des croissants que l’on dégustera de préférence sur les terrasses de café du front de mer. Mais c’est aussi la meilleure heure pour faire des photos garanties sans intrus ! Un paysage à la fois marin, urbain et encore quasi-désert, donc. Ce matin-là, une brume marine bouchait l’horizon. Inutile, donc d’attendre une lumière franche inondant le château royal ou l’église Saint-Vincent et son clocher si typique. J’ai alors joué sur l’ambiance bleutée d’avant le lever de soleil, contrebalancée par les teintes dorées de l’éclairage public. Collioure au calme, ça a du bon.

© Janet MOLINS


Lumière de fin de jour sur Gordes (84)

Gordes Vaucluse Luberon

Gordes est assurément l’un des plus beaux villages de Provence, sinon du Sud de la France. A moins de 40 kilomètres d’Avignon, il attire chaque année des milliers de touristes. En l’observant sous une lumière rasante de fin de jour, on comprend aisément pourquoi.

© Janet MOLINS


Dans les ruelles ocres de Roussillon (84)

Roussillon dans le Vaucluse Luberon le village des ocres

A Roussillon, les ocres sont partout. Dans les carrières, dans les boutiques de souvenir, et bien entendu sur les façades des maisons, colorant avec douceur les ruelles tortueuses de ce village provençal typique. Sous le ciel bleu, il y fait assurément bon vivre.

© Janet MOLINS