Clichés, images, photos, de tout, de rien

Articles tagués “Cerbère

Voilà l’été !

_DSC3501_01

© Janet MOLINS

Il est plus que temps de remettre ce blog à jour, d’autant que quelques photos se bousculent dans mes dossiers, prêtes à être publiées. Alors comme la canicule de ces derniers jours nous rappelle que l’été est bien là, autant vous donner envie de vacances. De rafraîchissement. Et de partir à la découverte du trop méconnu sentier du littoral des Pyrénées-Orientales, qui de Cerbère à Collioure, offre de magnifiques criques aux eaux claires, magnifiées par une luminosité unique. Alors, on y va ?

 


La Côte Vermeille, sauvage et protégée (66)

_DSC0133_01

Les schistes laissent apparaître des teintes ocres, brunes ou rouille. Un mélange de couleurs qui, lorsque le soleil point à l’horizon au petit matin, a contribué à donner à cette côte son nom de Côte Vermeille. Depuis Banyuls au cap Peyrefite en passant par la punta d’en Cames, la réserve naturelle marine de Banyuls – Cerbère interdit toute activité de pêche ou de plongée. Ici, la faune et la flore marines se régénèrent, ce qui bénéficie à tout l’éco-système, mais aussi aux pêcheurs qui profitent plus loin de la prolifération retrouvée des espèces. Plus loin, le cap Cerbère fait frontière avec l’Espagne, mais la Catalogne maritime se prolonge bien au-delà ; illustrée ici par son point le plus oriental, le cap de Creus et son parc naturel terrestro-maritime. Une côte sauvage et méconnue, qui mérite assurément un détour.

© Janet MOLINS


Au cap l’Abeille (66)

La Côte vermeille offre, au détour du sentier du littoral, de somptueuses criques où l'eau joue la carte de la transparence. Ce littoral aride, où la vigne est la seule à contester la primauté des landes odorantes sur ces sols de schiste, peut rappeler les Cyclades ou certaines parties de la Dalmatie. Au fond, le cap l'Abeille, intégré à la réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls. La première réserve marine française, créée en 1974 et qui s'étend sur 6,5 km et 2 km vers le large, couvrant 650 hectares de mer entre Banyuls-sur-Mer et Cerbère.

La Côte vermeille offre, au détour du sentier du littoral, de somptueuses criques où l’eau joue la carte de la transparence. Ce littoral aride, où la vigne est la seule à contester la primauté des landes odorantes sur ces sols de schiste, peut rappeler les Cyclades ou certaines parties de la Dalmatie. Au fond, le cap l’Abeille, intégré à la réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls. La première réserve marine française, créée en 1974 et qui s’étend sur 6,5 km et 2 km vers le large, couvre 650 hectares de mer entre Banyuls-sur-Mer et Cerbère.

Photo Janet MOLINS ©


Panorama depuis la Tour de Querroig (66)

Une montée haletante de près de deux heures, en partant de Banyuls. Et c’est seulement une fois arrivé tout en haut, à la Tour de Querroig, que le panorama se dévoile. Depuis cette hauteur, sur la ligne de crête séparant la France de l’Espagne, la vue s’étend des Corbières (à gauche) jusqu’à la baie de Rosas, que l’on devine derrière le Cap Creus (à droite). La côte vermeille dans son ensemble et plus, quelque part entre « Mar i Munt ». Un concentré de Catalogne.

Pour regarder l’image en haute résolution, cliquer deux fois dessus. Le téléchargement de cette image de 55 Mpix peut  prendre plusieurs minutes selon votre vitesse de connexion.

Photo Janet MOLINS ©