Clichés, images, photos, de tout, de rien

Articles tagués “photos concert Riverside Marché gare Lyon

The Sixxis et Lion Shepherd en première partie de Riverside (Marché Gare, Lyon)

The Sixxis est un jeune groupe originaire d’Atlanta (Georgia, USA) qui propose un métal prog de belle facture, nourri aux influences traditionnelles du genre (Rush, Dream Theater), comme à des choses plus thrash (Metallica, Megadeth) voire carrément hard ou rock (Led Zep, Alice in Chains). Mike Portnoy himself ne s’y est pas trompé, emmenant le groupe en tournée avec The Winery Dogs. A Lyon, en première partie de Riverside, les sudistes ont livré une solide prestation, très pro, emmenés par une excellente paire de guitaristes et un chanteur/violoniste/claviériste au top. Une formation à suivre.

L’entrée en matière du concert était à la charge des jeunes Polonais de Lion Shepherd. De bonnes aptitudes techniques (surtout chez le guitariste), un chanteur toujours dans le ton pour un ensemble prog à la sauce orientale/folk, fort de mélodies bien construites. Encore un peu de travail scénique et de présence leur permettront de se hisser au niveau de leurs compères de tournée.

© Janet MOLINS

Publicités

Riverside au Marché Gare (Lyon, 69)

Il y a quelques années, avouer écouter du rock polonais vous aurait valu quolibets et rires bien gras… Depuis que Riverside écume les scènes du monde entier, la donne a considérablement changé. Enfin, pour qui est réceptif aux musiques progressives ! Car c’est en digne héritière des Genesis, Pink Floyd et autres Marillion que la bande à Mariusz Duda a fait irruption voilà 14 ans. Avec, en 2015, 6 albums à son actif, Riverside compte désormais parmi les ténors de la nouvelle scène rock prog, au milieu des Anathema, Anekdoten, Bigelf ou Porcupine Tree. C’est d’ailleurs au groupe de Steven Wilson que l’on compare parfois abusivement le quatuor polonais. Au risque d’agacer son leader… Certes, les deux formations évoluent dans un prog teinté de nostalgie, rendant régulièrement hommage aux héros des années 70. Elles partagent également des sonorités modernes et électroniques, voire métal, ancrant leur musique dans leur époque. Mais là où « PT » (pour les intimes) avait durci le ton au fil des ans, Riverside a emprunté des chemins de traverse différents. Délaissant la lourdeur pour développer toujours plus de mélodies, tout en conservant une concision exemplaire. « Love Fear and the Time Machine », leur dernier album fraîchement sorti, est un modèle de musique évolutive teintée de pop, où les transitions défilent avec douceur, où chaque texture sonore est savamment pesée puis saupoudrée avec subtilité sur un ensemble d’une rare cohésion. Lundi soir à Lyon, c’est un groupe à l’identité affirmée et de plus en plus à l’aise sur scène qui a littéralement fait chavirer le public du Marché Gare. En voici un court aperçu.
© Janet MOLINS