Clichés, images, photos, de tout, de rien

Nouveau

Sur les crêtes glacées

_DSC8315_1

© Janet MOLINS

Au bord de la falaise, la neige s’accumule par couches, repoussée par le vent. En s’approchant très près et avec un peu d’imagination, on croirait voir des sommets alpins tout blancs, des crêtes inaccessibles d’Alaska, l’approche du cercle polaire en Norvège… Les arbustes à quelques mètres rétablissent l’échelle : nous sommes bien en Drôme, par une semaine d’hiver plus froide qu’à l’accoutumée.

Publicités

Une éclaircie dans le brouillard

_DSC8318_1

© Janet MOLINS

De la neige à perte de vue. Près de 30 cm sur un Serre-Gros désert. Dans un épais brouillard, je fais la trace en me disant que je n’aurai qu’à suivre mes pas pour le retour. En bord de falaise, le mistral s’est renforcé. L’éclaircie va durer quelques secondes. Une lumière diaphane s’empare des environs, offrant à ce glaçage immaculé l’occasion éphémère de briller.

Au coeur de l’hiver

_DSC8331_1

Vestiges décharnés d’une saison morte
Dont les souvenirs se perdent dans le brouillard
Un printemps, un été, que le vent emporte
Dans ce cycle éternel point de hasard
Au fond la seule chose qui importe
Est l’espoir renouvelé du prochain départ

© Janet MOLINS

 

Face au temps qui passe

_DSC6645_1

© Janet MOLINS

Ballotté, rudoyé, malmené. Il ne compte plus les assauts du vent. Ses vaines tentatives de déracinement. Exsangue le pin ? Vigoureux. Droit comme un I. Comme son cousin le roseau, on pourrait le croire plier, parfois. Rompre, jamais. Le gardien des vignes veille. Encore. Seul face au temps qui passe.

L’Ortenbourg et le Ramstein (Alsace)

_DSC7449_1

© Janet MOLINS

L’Alsace, terre de grands vins et de châteaux-forts. Les premières crêtes des Vosges en venant de la plaine en sont truffées. Parmi les noms célèbres, l’Ortenbourg et le Ramstein frappent par leur proximité géographique. L’histoire l’explique : en 1291, Rodolphe 1er de Habsbourg, roi des Romains et seigneur de l’Ortenbourg, meurt sans avoir réussi à imposer son fils à la tête du Saint-Empire romain germanique. Un cousin, Otton IV von Ochsenstein, retourne sa veste en soutenant ouvertement l’autre candidat à l’élection impériale, Adolphe de Nassau. Il entreprend alors le siège de l’Ortenbourg, faisant construire pour l’occasion le Ramstein en contrebas. L’Ortenbourg sera incendié, puis reconstruit en 1298 quand Albert de Habsbourg récupèrera la couronne impériale.

Maury, la vallée de l’Agly, terroirs d’exception

_DSC9742_1

© Janet MOLINS

A Maury, le grenache est roi. Le village est réputé depuis plus d’un siècle pour ses exceptionnels vins doux naturels, meilleurs amis du chocolat sur toute table digne de ce nom. Dans cette chaude vallée de l’Agly, la vigne est partout, s’accrochant à un paysage aride et tourmenté, balayé par la Tramontane. Les vins secs de cette partie du Roussillon adossée aux Corbières sont aujourd’hui considérés comme l’une des plus belles expressions de vin sudiste made in France. Avec un patrimoine géologique d’exception, l’une des plus grandes concentrations de vieilles vignes de l’Hexagone, des terres abordables, de faibles rendements, une agriculture tendant de plus en plus vers le bio et une multitude de micro-exploitations portées par de jeunes vignerons férus d’innovation, la vallée de l’Agly pourrait bien être le grand terroir viticole de demain.

Bonne année 2018 !

_DSC2861_1

© Janet MOLINS

Une petite vue du village fortifié de Rochemaure, en Ardèche, pour souhaiter à tous les lecteurs et toutes les lectrices de ce blog une excellente année 2018. Qu’elle vous apporte bonheur, santé, et de belles images bien sûr !

De Béar à De Creus

Stitched Panorama

© Janet MOLINS

A l’ombre de la falaise, j’observe. Cette lumière dorée qui lèche les rochers. Qui inonde les falaises. Et révèle dans la splendeur du jour naissant la succession de caps qui mènent jusqu’en Espagne. De Béar à De Creus en passant par Ullastrell, l’Abeille ou Cerbère, la côte catalane dévoile ses charmes, son exceptionnelle luminosité. Une nature  préservée, entre mer et montagne, Méditerranée et Pyrénées.

Au pied du cap Béar

_DSC6743_1

© Janet MOLINS

Il est 7h10. Peu de vent, pas de vagues, je décide de descendre le long de la falaise de schiste. Exercice un peu périlleux avec mon sac photo dans le dos, le trépied et l’appareil dans une main. Mais en restant prudent, je gagne bien vite le bord de l’eau. Tout n’est que léger clapotis, les goélands doivent dormir encore. La lumière a viré au doré. Devant moi, la roche impose sa masse, j’y découvre deux grottes dont j’ignorais l’existence. Inaccessibles sauf à venir en kayak de mer. Ce sera pour une autre fois. J’imagine une composition verticale avec le phare comme point d’orgue, pour une fois centré. Clic.

6h43, entre rose et orangé

_DSC6707_1

© Janet MOLINS

Le photographe ne se retourne jamais assez. Certes, encore faut-il que le paysage s’y prête. Et avec le soleil émergeant à peine sur l’horizon marin, on aurait tendance à se focaliser sur l’avant. Alors qu’à l’arrière, les rayons hésitant encore entre le rose et l’orangé projettent une lumière douce sur le cap Béar et son phare. Les flots viennent déjà se briser sur les schistes de la côte Vermeille. Il est 6h43, une nouvelle journée débute.