Clichés, images, photos, de tout, de rien

Nouveau

De Béar à Paulilles (66)

_DSC5581NB_1

© Janet MOLINS

Encore quelques photos qui traînent dans mon disque dur… Le sentier du littoral, entre le cap Béar et Paulilles, offre une multitude de vues typiques de la côte catalane. Le plus dur étant finalement de choisir et cadrer. Cette fois-ci, j’ai opté pour le noir et blanc et un format d’image inhabituel chez moi. Vous aimez ?

Publicités

Dans les entrailles de Choranche (38)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© Janet MOLINS

Encore des photos que j’avais laissé dormir sur mon disque dur ! Voici donc un diaporama consacré à la grotte de Choranche, dans le Vercors (38). Une féérie minérale qui vaut très largement le détour.

De retour parmi les grands

TIM_9065_1

© Janet MOLINS

Il y a bien longtemps que mes couleurs ne m’avaient pas fait vibrer à ce point. Le 6 mai, après un premier acte laborieux dans l’enceinte toulousaine d’Ernest-Wallon surchauffée par 15 000 Catalans, Perpignan marchait sur Grenoble (38-13), s’adjugeant le bouclier de champion de France de Pro D2 et retrouvant par la même occasion l’élite du rugby français. Quatre ans après la seule et unique descente de son histoire. Il était plus que temps.
Et demain, c’est ce vieil ennemi du Stade Français qui viendra lancer la saison de Top 14 à Aimé-Giral, dans une ambiance qui rappellera à coup sûr les grandes joutes passées. Sempre endavant, mai morirem ! 😉

L’Ardèche, canyon à la française

_DSC8820_1

© Janet MOLINS

Toujours dans les gorges de l’Ardèche, depuis un point de vue plus au sud. La lumière a disparu, mais l’immensité de cette vue plongeant peu à peu dans la pénombre et le silence valait bien un cliché.

Les Gorges de l’Ardèche, splendeur naturelle

_DSC8814_1

© Janet MOLINS

Depuis la route des Belvédères, dans les gorges de l’Ardèche. Une photo assez graphique, avec plusieurs règles de composition utilisées. Saurez-vous les retrouver ?

Quoi qu’il en soit, un bien joli moment de calme dans ce paysage grandiose.

Le Pont d’Arc entre ombre et lumière

_DSC8791_1

© Janet MOLINS

C’est l’emblème des gorges de l’Ardèche. Une étrangeté géologique haute de 54 mètres, et que des dizaines de milliers de touristes viennent admirer chaque année. En canoë, à pied, voire par la route qui surplombe la rivière. Ce jour-là, la lumière était difficile. Ciel voilé, soleil de face, mal placé de surcroît à cette heure-ci. Alors que faire ? Attendre ? Et passer à côté d’un éventuel coucher de soleil depuis les belvédères quelques kilomètres plus haut ? Tant pis. Faire avec les conditions du moment, point. Bel exercice d’adaptation. Résultat : beaucoup de tergiversations autour du sujet, quelques pas de côté, encore un peu de réflexion… Et tout d’un coup, la lumière qui se jette sur le haut de cet arbre. Rendant mon premier plan un tant soit peu vibrant. J’expose au plus juste, je peaufine mon cadrage… La scène, malgré tous les efforts de mon appareil, offre beaucoup trop de contraste et le relief ne permet pas le recours au filtre dégradé. La post-production prendra ici tout son sens pour venir redonner à l’image du détail dans les  ombres et un peu plus de punch qu’avait réduit cette lumière frontale. Et voilà !

Incandescent et tumultueux

_DSC7880_1

© Janet MOLINS

Même coucher de soleil que la photo publiée il y a un mois. Prise quelques minutes plus tard. Le ciel était tellement grandiose ce soir-là qu’un zoom sur les montagnes était bien incapable d’en restituer toute l’étendue. Alors hop, ultra-grand-angle vissé, histoire aussi d’inclure un premier plan, ce fameux pin en bordure de vigne que j’ai déjà immortalisé à plusieurs reprises (ici notamment). Incandescent, tumultueux, chaotique, un ciel d’exception au-dessus du Roussillon.

Ciel de feu au-dessus du Canigou

_DSC7873_1

© Janet MOLINS

Pour poursuivre ma série de couchers de soleil au-dessus du Canigou, un ciel d’exception. Comme souvent les jours de grand vent, les nuages ont été façonnés, vrillés, comme jetés les uns contre les autres dans un chaos indescriptible. Mais ce soir-là, leur écrasant gigantisme et l’étrangeté de leurs formes n’avaient d’égal que leur flamboyance insensée, au moment où le soleil parvenait enfin à les éclairer d’en dessous. La montagne et son sommet glacé, déjà plongés dans la pénombre, semblaient cracher du feu. Unique.

Les cabanes des derniers pêcheurs

_DSC6627_1

© Janet MOLINS

On dit de ces cabanes de pêcheurs que leur mode de construction remonterait au Néolithique. Entre mer et étang, là où la plaine du Roussillon s’échoue dans la Méditerranée, certaines furent habitées jusqu’au milieu du XXe siècle. A l’image de leurs fidèles compagnes, simples barques aux couleurs passées, elles sont le symbole d’un littoral d’avant la ruée vers l’or touristique, quand les activités humaines s’y limitaient à la pêche et au commerce. Aujourd’hui, certaines sont encore la propriété des derniers pêcheurs de l’étang de Canet – Saint-Nazaire.

Quiétude au bord de l’étang

_DSC9294_1

© Janet MOLINS

Une photo vieille de trois ans et qui prenait pour ainsi dire la poussière sur mon disque dur. Je ne sais pas vous, mais moi elle me donne un sentiment de quiétude. Il y a des diagonales, un horizon, une sorte de losange central (le voyez-vous ?), une géométrie dans l’image qui guide l’oeil instantanément et pose un cadre presque rassurant. L’image est remplie, on s’y immerge sans vouloir en sortir. Et l’atmosphère crépusculaire sur cet étang immaculé renforce encore l’ambiance silencieuse et presque figée de la composition. Comme si le temps restait suspendu, l’espace de quelques instants.